squat
Squat de la Maison de la Plage  Art Squat - Kisinis Web Art

Bilan sur le projet La Maison de la Plage,
lieu de création autogéré

Après plus d’un un an d’activité, il nous a semblé bon de faire un bilan.

       Le projet initial décrivait La Maison de la Plage d’abord comme "un lieu de vie et de création ouvert aux artistes parents et à ceux qui ne se sont pas encore reproduit mais qui se sentent impliqués par la présence de l’enfant dans un lieu de travail artistique". La Maison de la Plage se voulait ensuite "un lieu ouvert au quartier et plus particulièrement aux familles (les mercredis et dimanches après-midi)".
       Il s’agissait alors de confronter artistes et habitants du quartier, surtout les enfants, dans un même lieu avec l’idée plus très nouvelle que l’art et la vie sont mêlés.
       Mais la confrontation a été souvent plus difficile que prévue :
       D’abord parce qu’un lieu autogéré demande un réel investissement que souvent les artistes (essentiellement ceux qui cherchent surtout un atelier) n’ont pas pu assumer.
       Leur création personnelle se faisait trop en parallèle à l’activité demandé par le lieu, et non en imbrication.
Aussi parce que la relation à une population d’enfants puis d’adolescents n’étant pas forcément habitués à avoir la création comme intérêt, a été trop brutale.
       Mis également en présence de la différence très prononcée de "posture vitale" (les artistes : la confrontation de points de vue, de nombreux jeunes : la confrontation physique), beaucoup d’artistes n’ont pas résisté à se laisser aller parfois à des réactions violentes et contraires aux aspirations du projet qui n’ont fait que dégrader la situation.
       Ce constat, amplifié par la venue des jeunes adultes du quartier et des divergences d’attitudes à adopter au sein du collectif, ont amené le départ des artistes ne pouvant se faire à cette réalité.
Après un an d’activité et contenu de ce bilan, il nous semble bon de redéfinir notre projet dorénavant lié à l’implantation du bâtiment (ancienne ferme du second empire) dans le quartier, sa spécificité architecturale et les désirs, les besoins des personnes présentes sur le lieu, autour.
       Bien que ne possédant plus aucun matériel qui avait permis certaines activités (télévision, magnétoscope, nombreux vélos, ustensiles de cuisine, matériel de bricolage, matériel de peinture, mobilier commun, vêtements mis à disposition ...) certains d’entre nous, accompagnés de nouveaux arrivants, continuons à faire vivre une partie du projet initial en s’appliquant à l’élargir d’avantage.
       Le collectif qui prend forme depuis quelques temps associe des personnes souvent en situation de précarité mais qui croient en la solidarité et œuvre pour la poésie dans leur quartier.
       La Maison de la Plage est un lieu désormais ouvert sept jours sur sept de 9h à 21h. Le mercredi reste la journée des enfants, le samedi devient la journée évênement (une fois par mois), le dimanche est plus que jamais la journée de tous.
       La Maison de la Plage, située le long du canal de l’Ourq entre deux cités (Laumière et Ourq) amène naturellement à elle enfants et jeunes du quartier ainsi que quelques personnes agées seules et désoeuvrées, des promeneurs (le dimanche) et ceux que la curiosité et l’envie font franchir la porte.
       La Maison de la Plage propose toujours "un espace d’exposition mais surtout un espace d’actions ou chacun, en manque de place, de moyens ou de contacts humains, peut venir bricoler, jouer, peindre, danser, discuter…ou ne rien faire"; un espace "où chacun est invité à être plus acteur que spectateur" ; un lieu de poésie, de création, de convivialité, non marchand, ouvert sur le quartier et dont la présence des familles (donc des enfants) en est un élément vivant.
       La maison offre l’hébergement à cinq résidents qui travaillent sur le lieu, elle a : une chambre d’ami (e) pour deux personnes, une pièce commune avec cuisine salle de bain (bientôt douche), une pièce commune avec cheminée, sept espaces ateliers, une salle de fêtes, une salle de répétitions, un grand espace collectif de mille mètre carré, deux cours, un jardin (bientôt deux). Elle dispose en outre d’une camionnette, de l’eau, de l’électricité, du gaz et du téléphone.
       La MdlP a une réunion ouverte hebdomadaire le dimanche à midi. La cotisation mensuelle est de 10 euros pour les adhérents.
       Il suffit pour être adhérent d’avoir une attitude compatible avec la présence d’enfants.
       Tous ceux qui recherchent plus d’égalités, de démocratie de l’esprit, qui désirent se prendre en charge et ont envie d’une autre situation que celle de citoyens consommateurs sont les bienvenus dans ce projet.
       En vous souhaitant une bonne année 2003, nous vous disons à bientôt.


Contact : 01 42 08 03 21

_______________________________________________
4-6, rue de Colmar - 75019 Paris

squat

            squat

squat